samedi 05 novembre

Chap. 9 ~ Je recommence à vivre, étrange ?

Screenshot-2

Je parvins enfinn à me relever. Mes yeux restent profondément fermés. Je ne comprends pas pourquoi. J'essaie -tant bien que mal- d'essuyer l'eau de la pluie que venait de se finir. Bizarrement... 

Petit à petit, mes yeux s'entrouvrent, et finissent par être complètement ouverts. C'est maintenant que j'observe les horizons..

Screenshot-3

Il y a des champs, des plaines, des maisons voisines mais... personne. J'étais seule au beau milieu d'un quartier que je ne connaissais pas. Ou que je connaissais dans une autre vie. Je ne savais absolument pas quoi faire. Tout m'était inconnu. J'étais perdue. Devrais-je demander à quelqu'un des informations sur la ville ? Non. J'ai envie de rester seule. Mais en me retournant, j'aperçois un immense terrain, vierge. Malheureusement. Comment vais-je vivre dans cet état ? Je dois embaucher un emploi.. mais lequel ? 

Screenshot-4

Mon esprit s'activait. Je cherchait tous les métiers possibles -à Appaloosa Plains- et imaginables. En vain. C'est dix minutes plus tard que j'ai enfin trouvé. Le métier que j'aime. Qui me passionne depuis ma tendre enfance. Le stylisme. La couture. Le monde de la mode ! Oui, oui c'est ça mon univers. C'est cet univers où je me sens "dans ma bulle". Là où la créativité s'évade. Tout le temps. Ca y est, c'est décidé. Je deviens styliste ! Il va me falloir du temps avant d'atteindre le TOP du métier, mais ... à vrai dire, je préfère me dire que j'y arriverai. Je suis positive, non ? 

Maintenant, reste à attendre qu'un taxi passe. Le pire moment. J'ai de la chance, la station des taxis est près de chez moi, c'est alors qu'un taxi vint en face de ma "maison" et m'emporta. 

Swann: Au salon de beauté, monsieur. 

Monsieur: Tout de suite mademoiselle. Le tarif sera de quinze euros, s'il vous plaît.

Swann: Un salaire minable c'est ça ? Je vous donnerez vos quinze euros à la fin du trajet monsieur. 

Le jeune homme étant intimidé par Swann, qui plus est très enquiquinante, se mit à émir un petit rire. Nerveux, ce rire ...

Screenshot-5

À la fenêtre du taxi, j'apercevais un cheval sauvage. Magnifique créature. J'étais tout simplement éblouie par cet animal depuis toute petite. Je n'ai jamais monté. Jamais touché cet animal, mais j'ai l'impression de ... les connaître par coeur. Leurs faits et gestes. Tout. Par coeur. Quand j'étais jeune, de sept à dix-huits ans plus précisément. J'allais chez mon grand-père rien que pour lire ses énormes livre remplis de secrets et d'astuce sur le cheval. Je m'installais dans une botte de foin juste à côté des écuries. Pour les observer. Je mourrais d'envie de les toucher mais je n'avais pas le droit. Pourquoi me diriez-vous ? Pour la simple et stupide raison que j'étais trop dangereuse. Mes parents me voyaient très mal. Ils pensaient que j'étais une brute. Ils me voyaient comme un garçon à vrai. Car oui, j'étais un garçon. Habits de garçon, caractère de garçons et... jamais de petits copains. Je n'aimais pas les filles au cheveux longs et bouclés. J'aimerais les cheveux courts et rêches, des garçons. Je n'étais pas forcément attirer par leur physique cependant. Enfin bref je m'égare. En lisant tous ces livres j'apprenais de jours en jours sur les chevaux. Enfin bref c'est une longue histoire. 

Screenshot-6

À peine j'eu le temps de m'écorcher de ces souvenirs que le chauffeur me brailla dessus pour recevoir sa paye. Je lui ai donc donné, à contre coeur. 

Nous voici donc devant .. le salon de beauté ? Drôle d'apparence. Je suis néanmoins rentrée.

Screenshot-7

Il m'a fallut un certain temps avant de trouver le responsable des lieux. Un homme hideux et très repoussant. Il se nommait Tate. Drôle de prénom. Il était réputé pour abordé tout les plus belles femmes qu'il croisait. Sans succès. Il se prenait sûrement pour Gainsbourg celui là.

Il m'a fallut bien une heure pour atteindre mon but et décroché ce boulot. Une heure interminable, enfermée avec ce pervers dans son cabinet, pas de fenêtre et c'est lui qui avait la clé de la porte ! J'ai cru que j'allais finir violée par ce ... spécimen. 

Screenshot-8

Tate m'a enfin expliqué le rôle bien important de cette femme. C'est mon boss. Ou supérieur, comme vous voulez. Sourire angélique et caractère en sucre, cette femme à tout pour plaire à un petit nouveau dans le domaine ! Je ne l'ai pas encore abordé, même pas un regard. Et alors ? Elle aussi n'est pas venue me voir hein !

Screenshot-9

Je me suis enfin éclipsée à l'extérieur pour téléphoner à l'agence de construction. Téléphone merdique. Allumes toi enfin ! Rah les technologies. 

À peine la conversation terminée que dans le coin de mon oeil j'aperçus une femme, à cheval. Elle avait l'air si décontractée. La crinière au vent le cheval était tout simplement éblouissant. On aurait dit une licorne. J'admirait cette femme. Elle avait de la grâce et inspirait confiance. J'avais déjà vu sa tête sur le journal du pays. C'est une certaine Blake Medinsson. Elle a gravit tous les échelons de l'équitation, il paraîtrait que son mari est mort. Qu'importe. Cette femme est belle et à tout pour elle. Je préfère penser à moi. 

Screenshot-10

J'ai ensuite grimpé sur une barrière où quelques harnais étaient posés. Je pensais, à tout ... et à rien. J'étais perdu dans ce monde que je ne connaissais pas. Je regardais les voitures passées, les vélos, les personnes rigolants entre elles, les chevaux qui galopaient... tout était si beau. Et moi, je n'avais rien. Personne ne pouvait me comprendre. Comprendre ce sentiment horrible d'être perdue. Je ne me souviens même plus de ma famille. Juste de mon grand-père, qui m'aimait tant. Et qui s'est suicidé après la mort de sa femme. Une bourg. Une femme froide et méchante. Je ne sais pas comment il pouvait ressentir ce sentiment si merveilleux qui est : l'amour. Je cherche l'amour moi aussi. Faut pas croire mais j'aime les films à l'eau de rose. Je n'ai jamais embrassé un homme. Jamais. Pourtant je ne suis pas si repoussante que ça, si ? Mais je m'imagine ce premier baiser. Sans cesse. Mais je n'arrive pas à décrypter le visage de cet homme... Tiens. Voilà Juanita. Mon boss. Je vais tenté de lui montré mes prouesses en matière de charisme ...

Screenshot-11

Screenshot-12

Swann: Bonjour.. (sourire)

...

..

.

Posté par Gogow à 22:25 - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Chap. 9 ~ Je recommence à vivre, étrange ?

    Et bien la pauvre... lol
    Sinon tu n'écris plus qu'avec elle maintenant ?
    Tu ne lui "parles" plus ? lol

    Posté par Bettyboopjade, dimanche 06 novembre à 12:49 | | Répondre
  • Na, j'ai voulu changer le style de l'écriture, comme je t'avais dit :3
    Sinon merci! <3

    Posté par Gogow, dimanche 06 novembre à 13:30 | | Répondre
Nouveau commentaire